Sersou
Accueil > HIER > BURDEAU > AERO-CLUB DE BURDEAU

AERO-CLUB DE BURDEAU



JPEG - 16.1 ko
Le Stampe, le Norécrin et le Fairchild

Le choix d’un terrain propice est aisé, le Sersou est un vaste aérodrome.



Le premier avion, le Stampe F-BDKP, arrive le 26 juin 1947.

Piere d'AMINCOLe chef-pilote Pierre D’Amico né à Blida, élève-pilote aux Etats-Unis. Il participera ensuite aux campagnes de France et d’Allemagne en P-47 au GC 3/6 Roussillon

L’école commence avec le chef-pilote Pierre D’Amico, au profit de Babilas, Claude et René Cabot, Michèle Ernst, Guy et Hubert Forzy, Daniel Garcéra, Jacques Gross, les frères Charles et Gérard Jarrige, Claude Lamontagne, Marcel Lestrade, Gilbert et Roger Marty, Nicole Lainé, Michèle Ernst et beaucoup d’autres .

Nicole Lainé

En 1934 à Burdeau, visite du Phalène de Camille Gasc (de Blida) – Camille Gasc, Louis Cros, Hilaire Bardot et Paul Laverdet.

Daniel Garcéra, élève-pilote en 1956. Il ira dans l'armée de l'Air, puis sera professeur à l'ENACDaniel Garcéra, dont les parents tenaient une épicerie à Burdeau, fut élève-pilote en 1956. Il ira dans l’armée de l’Air, puis sera professeur à l’ENAC. Sa mort soudaine lors d’une randonnée aérienne, laissa un vide dans le milieu associatif revelois, où il demeurait, de même ses parents installés comme épiciers.

L’aérodrome devient un lieu de rencontre animé et les premiers brevets sont passés en juillet 1949.

Lors d’un arrosage – A droite : Paul Ernst, maire de Burdeau


Louis Rigaud, né en Oranie, démobilisé en août 1945, devient directeur d’école à Burdeau en octobre 1945. Il porte encore l’uniforme de l’USAF après avoir été pilote de P-47 pendant les campagnes de France et d’Allemagne au GC 2/3 Dauphiné.

"... Sur le diaporama 36 photo 28 de Burbeau, je me suis retrouvé avec le maître Rigaud en 1946,... Cela me rappelle les coups de règle sur les bouts des doigts rassemblés pour les fautes d’orthographe en dictée et rédaction, chose que je n’ai jamais pu corriger ! (le correcteur est bien pratique et encore plus maintenant avec l’espagnol)." de Henri A., le seul trés blond sur la photo.


Un Norécrin et un Fairchild arrivent en 1949 qui font des évacuations sanitaires et permettent de grandes randonnées et la participation à plusieurs rallies.

L’abbé Payno, curé de Burdeau avant la guerre, et le Norécrin F-BEUK arrivé en février 1949.

Le Fairchild F-OABA arrivé en mai 1949. Il a effectué son premier vol d’une heure trente à Farmingdale (état de New-York) en juillet 1944 puis a revolé à Maison-Blanche en novembre 1948, piloté par le lieutenant Réale, pilote de réception de l’AIA.


Malheureusement, un attentat du FLN détruit le hangar et toute la flotte dans la nuit du 25 décembre 1956, obligeant le club à redémarrera avec de nouveaux avions.
Au matin, le triste spectacle du hangar incendié, après l’assassinat du malheureux gardien.

Suite à l’anéantissement des trois avions et du Jodel 112 F-BGLZ, de passage, l’Aéro-club recevra le Norécrin F-OARP en juin 1957 et les Jodel 120 F-OBPF et 117 F-OBCG en juillet 1957.
Après l’accident du Norecrin, l’activité continuera avec les deux Jodel qui seront par la suite déplacés sur l’aérodrome de Tiaret-Bou Chékiff où les Burdéens continueront à voler.
L’Aéro-club de Burdeau, bien que situé dans une région relativement épargnée par le terrorisme, a été le seul club entièrement détruit par un attentat. Mais, durant ses onze années d’existence sur l’aérodrome de Burdeau, il a connu une belle aventure.

En 1957, en attendant la mise en service de l’aérodrome de Tiaret-Bou Chékiff, l’aérodrome de Burdeau dessert Tiaret devenu préfecture.

En 1957, l’aérodrome de Burdeau reçoit la visite du secrétaire d’Etat aux Armées Max Lejeune et du général Salan.

Les photos et le texte sont extraits d’un diaporama créé par Pierre Jarrige.


SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0