Sersou
Accueil > HIER > POUSSE-MANETTES

POUSSE-MANETTES

Le plaisir de voler en avion ou en planeur est un point commun de certains membres des familles Jarrige, Bardot et Ernst.
Cette passion, née en même temps que l’aviation, continue à intéresser vivement les jeunes générations.


1948 – Albert Jarrige et son fils Pierre dans le Stampe.

"... Au cours de ce voyage, un meeting aérien s’est tenu à Étampes prés de Paris, je n’ai pas résisté à la curiosité d’y aller et là bas j’ai pu côtoyer les pilotes et leurs appareils...... J’en suis revenu un peu plus fana, à tel point que de retour à Burdeau, j’ai écrit au commandant de l’école de l’air d’Istres, à cette époque c’était plus facile que plus tard. Il m’a répondu par retour en me donnant les conditions, il fallait avoir 18 ans et la permission de ses parents. Si la première était facile, la seconde l’était moins. Quand j’en parlais à ma mère, elle m’a simplement répondu que c’était un caprice de jeunesse et que pour le moment il n’en était pas question et le caprice s’est arrête là...." extrait de "L’enfant d’un siècle" d’Albert J.


En 1953, les Burdéens à Maison-Blanche : Jean-Pierre Zanone, Pierre Jarrige, Yves Chabert, Charles Jarrige et Georges Couderc.

En août 1960 à Bourbaki, école de pilotage avec le Piper J3 F-BTDE de l’Aéro-club de Tiaret – René Jarrige, Daniel Roy, le moniteur Eichelbrenner et Jean-Louis Jarrige


Michèle Ernst, élève-pilote.

Gérard Jarrige a été président de aéroclub de Burdeau.



En en aout 1954 Henri Aragon parmi les stagiaires à Oued-hamimin.


Dans la partie réservée à la famille, NOS PASSIONS, vous verrez d’autres mordus de l’aviation.

Dans la génération montante, certains en ont fait leur profession, d’autres leur passion.

Mathieu H. pilote professionnel de Jets privés.
Robin M. pour son plaisir.

Tous les deux arrière-petits- fils d’Albert Jarrige.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0