Sersou
Accueil > HIER > TRAVAUX DES CHAMPS

TRAVAUX DES CHAMPS

Pour visualiser les liens qui n’apparaitraient pas spontanément, promenez le curseur sur le texte.

Le Sersou ( janvier-juillet 1954) "... Quand on voyage d’un bout à l’autre des horizons du Sersou, réunis par un ciel dont la douce et soyeuse légèreté étonne les riverains de la Méditerranée accoutumés à des violences colorées, on est frappé par la contradiction qui sépare les champs et les villages. Dans les terres lourdes, où la glèbe retournée par le soc des charrues géantes prend des teintes broyées dans les bruns flamands, les machines agricoles halètent au rythme du monde futur, mais les maisons basses, accroupies aux croisements des routes, évoquent les villages des pionniers qui sont venus... Les champs appartiennent au futur, les villages sont encore dans le domaine du passé. Mais l’avenir l’emporte. Quand le soir tombe, le pinceau lumineux des projecteurs s’allume dans les plaines submergées par l’ombre, et la nuit résonne encore des bruits mécaniques qui ont broyé le jour. Ils montent dans ces solitudes comme autant de présences insolites... SUITE. Extrait écrit par Jean Brune.

Voici un extrait des souvenirs d’Albert Jarrige au sujet de l’espicadora.

Position debout du conducteur. "La récolte de céréales, de blé en particulier, a été toujours effectuée avec des engins qui ont évolué avec le temps.
A l’origine c’était avec les mains munies d’un bâton ou parfois d’un os d’animal plus résistant. Le progrès aidant et l’âge de fer venu, ces instruments tel que la faucille ou la faux employées furent remplacées bientôt par des outils comme la javeleuse tirée par des animaux : Bœufs ou chevaux.
Au cours du 19em siècle, avec l’industrie, apparurent des engins plus efficaces et plus rapides : Moissonneuses lieuses éjectant en gerbes liées les céréales coupées. SUITE


LES LENTILLES et l’ACHABA. texte extrait de Burdeau-Sersou (1905-1962).

"La Lentille Blonde Jarrige"

l'Achaba. Au cours des années 1920 la culture de la lentille dite "Verte du Puy" a été introduite en Algérie, dans la région de Trumelet en assolement avec les céréales et développée par quelques agriculteurs (Henri Anzieux, Castex..) sur des surfaces limitées. La consommation étant peu répandue en Algérie, cette production est en partie exportée vers la France où elle entre en concurrence avec celle récoltée en Auvergne. Jeune débutant dans le métier en 1926, conscient des risques découlant de la monoculture des céréales pratiquée jusque là au Sersou, tant par l’irrégularité de la pluviométrie que par les effets des gelées de printemps, Albert Jarrige a tés tôt conscience de la nécessité de productions complémentaires..... SUITE


" La photo montre un tracteur passant deux socs pour déraciner les pieds de lentilles, avant arrachage à la main, pour faciliter le travail des ouvriers. L’arrachage était fait principalement par les nomades ( Ouled-Naïl, Chamba, Larba etc....) venus du sud avant la transhumance de leurs troupeaux de moutons. "

Seul entre Terre et Ciel, dans un champ de lentilles dont les limites sont hors de la vue.


LES ASPERGES.

" Tout en participant à la marche de l’exploitation, Gérard entreprenait une nouvelle culture
celle de l’ asperge, plante spontanée sur les Hauts-Plateaux et cultivée dans les potagers
A la fin des années 50, les plantations occupaient déjà plus de 20 hectares et la production, assurée par l’irrigation avec l’eau puisée dans le sous-sol, s’écoulait sur Alger où elle était appréciée.

Les bons résultats obtenus par cette production et une étude de marché faisant ressortir des possibilités importantes de commercialisation vers la France et l’ Europe, ont incité la Direction de l’Agriculture à envisager l’extension de cette culture. Une commission, constituée à cette effet en 1958, comprenant huit directeurs ou techniciens des services de l ’Agriculture, a parcouru, durant dix jours, les régions du sud des Hauts-Plateaux susceptibles de convenir à cette culture et, dans son compte-rendu de mission, elle concluait à une possibilité de culture sur un millier d’hectares, en particulier dans la haute vallée du Chéliff.

Texte extrait de " Histoire de la Famille Jarrige ", écrit par Albert Jarrige.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0